Warning: md5_file(local/cache-js/jsdyn-socialtags_js-8d8d06d2.js.last): failed to open stream: No such file or directory in /home/elerium/www/ecrire/inc/filtres.php on line 3047

Warning: Illegal string offset 'lang' in /home/elerium/www/plugins/ckeditor-spip-plugin/ckeditor_fonctions.php on line 423

Warning: Illegal string offset 'statut' in /home/elerium/www/plugins/ckeditor-spip-plugin/ckeditor_fonctions.php on line 465

Warning: Illegal string offset 'statut' in /home/elerium/www/plugins/ckeditor-spip-plugin/ckeditor_fonctions.php on line 466

Warning: Illegal string offset 'statut' in /home/elerium/www/plugins/ckeditor-spip-plugin/ckeditor_fonctions.php on line 466

Accueil > Arteractive > Revue d’art numérique > Editorial > L’art numérique français mort-né

L’art numérique français mort-né

samedi 15 janvier 2011, par Auguste LY

On peut difficilement continuer à énumérer sur ce blog les nombreux projets internationaux dans le domaine des arts numériques, chercher tant bien que mal quelque chose à dire sur la production hexagonale, et passer sous silence la situation budgétaire catastrophique dans laquelle se retrouvent tous les foyers de création et de diffusion en France aujourd’hui.
Alors puisque Libération se fend d’un article sur le sujet, profitons de l’aubaine pour une petite explication de texte.

Financer l’art numérique


Depuis quelques années, la France accuse un retard conséquent dans les systèmes de financement de l’art numérique. Entre deux chaises, faisant intervenir des disciplines variées (danse, théâtre, musique, audiovisuel), le multimédia en général n’a cessé de poser problème au Ministère de la Culture, lequel n’a jamais vraiment su quels types de subventions lui accorder. Créé au début de la décennie, le dispositif Dicréam est l’exemple symptomatique de cette situation. Ce fonds consacré à la production d’oeuvres multimédia s’est en effet étrangement retrouvé hebergé par le CNC (Centre National de la Cinématographie), alors que dans sa grande majorité, la production numérique avait plutôt tendance à explorer les champs du spectacle vivant, voire de l’art contemporain. Mais comme les budgets d’Etat consacrés au théâtre, à la danse ou aux arts plastiques, étaient déjà bien maigres, il était bien difficile de convaincre les professionnels de ces secteurs de partager un gâteau déjà peu garni.


Certes, depuis 1998 le réseau ECM (Espaces Culture Multimédia) offrait aux artistes numériques des lieux de création et de diffusion adaptés, mais très largement financés par le système des emplois-jeunes, leur fonctionnement s’est rapidement retrouvé entravé quand les aides de l’Etat sont arrivées à échéance. Rappelons au passage que le dispositif emploi-jeune permettait à une structure de financer jusqu’à 70% du salaire d’un employé pendant 5 ans. Quand on connaît le modeste budget d’un ECM et l’importance de la masse salariale dans n’importe quel plan de financement, on comprend à quel point la pilule a été difficile à avaler. Or, pour maintenir l’activité des ECM malgré cette augmentation de frais de fonctionnement, le Ministère de la Culture concédait bien volontiers que rien n’avait été, ni ne serait jamais entreprise.


Depuis quelques années, donc, l’objectif du dispositif ECM consistait essentiellement à réduire le nombre de labels accordés, délabéliser les structures les plus fragiles, tout en espérant que ceci pourrait assurer une sécurité relative aux plus efficaces d’entre elles. Un plan de sauve-qui-peut qu’on ne peut pourtant pas reprocher aux responsables de ce dispositif, tentant tant bien que mal de préserver aux moins quelques lieux avec le peu de financement dont ils disposent.


Seul moyen actuel de développer une production et une diffusion d’oeuvres d’art numérique, les ECM étaient donc tout malgré tout voués à la disparition, et ce, malgré toutes les annonces pleines de bons sentiments des élus (nationaux et locaux), assurant vouloir "développer le domaine des nouvelles technologies, encourager l’innovation, blablabla"...

Explication de texte


C’est dans ce contexte déjà bien miné moralement que déboule Nicolas Sarkozy, pape de la rupture et de la libération de la croissance, avec dans ses bagages Christine Albanel dans le rôle de l’apôtre du patrimoine et de la vieille pierre. Pourtant, si les secteurs culturels traditionnels (spectacle vivant, arts plastiques, etc.) avaient de sérieuses raison de s’inquiéter, le domaine de l’art numérique pouvait au contraire nourrir quelques espoirs puisque au moins, le peu de discours de campagne du candidat Sarkozy qui parlaient de culture insistaient sur l’intérêt vital de développer le secteur des nouvelles technologies... afin d’être compétitifs, bien sûr. Ainsi, le théâtre allait sombrer, la danse se retrouver dans les MJC, l’art contemporain chez François Pinault, mais au moins, l’Etat allait donner un peu plus de moyens aux arts numériques.


C’était d’ailleurs l’un des points évoqués dans la lettre de mission à Christine Albanel en août dernier, dans laquelle le président affirmait :

Quant à la révolution numérique, elle doit être l’occasion de conduire un public toujours plus nombreux vers le patrimoine culturel français et de langue française, et vers la création contemporaine. L’Etat peut l’encourager par la mise à disposition gratuite, sur Internet, du patrimoine public ou financé par des fonds publics, et par l’incitation à la diffusion numérique croissante des contenus culturels privilégiant des solutions innovantes, interactives et éducatives.


On y parlait certes toujours de vieilles pierres, mais la création contemporaine semblait elle aussi faire partie du voyage. Et la petite phrase, quelques pages plus loin, demandant à la ministre "d’accorder une attention particulière aux arts numériques interactifs" n’était pas pour déplaire aux acteurs du secteur.

Sauf que tout ça était bien sûr trop beau pour être vrai, et qu’en fait d’arts numériques, c’était le mot "interactif" qu’il aurait fallu retenir, puisque juste après, la lettre précisait que "la France dispose d’un capital humain très recherché et de sociétés créatives dans le domaine du jeu vidéo et nous souhaitons que ce secteur soit intégré dans vos priorités".

Les conseillers de Sarkozy avaient donc tout simplement confondu "arts numériques interactifs" et "jeux vidéo", et c’est ce léger déplacement sémantique qui a mené, ces derniers mois, aux coupes budgétaires décrites aujourd’hui par Libération.

De la même manière que le spectacle vivant s’était vu amputé d’une grande partie de ses subventions, forçant le Ministère de la Culture à gracieusement lacher 35 millions d’euros devant la fronde que l’annonce avait suscitée, c’est donc aujourd’hui le monde de l’art numérique, déjà ridiculement embryonnaire pour un pays comme la France, qui se voit condamné à court terme. Et ceci n’a malheureuseent rien de bien étonnant puisqu’il suffit d’une phrase pour comprendre comment le gouvernement actuel, et son Ministère, traitent l’art en général :

La démocratisation culturelle, c’est enfin veiller à ce que les aides publiques à la création favorisent une offre répondant aux attentes du public. (...) Vous exigerez de chaque structure subventionnée qu’elle rende compte de son action et de la popularité de ses interventions, vous leur fixerez des obligations de résultats et vous empêcherez la reconduction automatique des aides et des subventions.


Pas de chichis, ni de faux semblants. La culture est bel et bien considérée comme une entreprise qui se doit de faire des bénéfices, comme n’importe quelle autre, et si le public réclame Bigard, qu’on lui donne du Bigard, en prenant bien soin de ne pas lui faire découvrir autre chose. Les découvertes et la diffusion à grande échelle sont laissées aux marchands qui auront les moyens de se payer des fenêtres publicitaires sur TF1.

Dans ce contexte, qu’on ne s’étonne donc plus de n’avoir en France qu’une production d’arts numériques artisanale, sous-financée, sans lieux de diffusion dignes de ce nom ni grand festival, et une poignée d’artistes travaillant avec les moyens du bord pour sauvegarder encore quelques temps l’idée que la culture, c’est justement donner au public ce qu’il n’a pas envie de voir, ce pour quoi il n’a pas envie de payer.

Portfolio

  • Détail du visuel de la programmation du festival Tilt, année 2006.

Un message, un commentaire ?

Qui êtes-vous ?
Votre message
  • Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.